Archives de catégorie : Ethique sur l’étiquette

Sécurité et souveraineté alimentaires: vidéo de la soirée débat du 22 oct 2021 organisée par « Le Collectif 34: régulation et transparence des entreprises»

Suite à la soirée débat du 22 oct 2021 organisée par « Le Collectif 34: régulation et transparence des entreprises » , sur la Sécurité et souveraineté alimentaires, nous avons le plaisir de vous présenter une vidéo de la soirée:

>>> Cliquer ici pour le lien de la vidéo <<<

Un grand merci à:

  • Valentin BROCHARD (intervenant, chargé du plaidoyer sur la souveraineté alimentaire au CCFD-Terre Solidaire),
  • Marc DUFUMIER (intervenant, Professeur honoraire d’agroéconomie),
  • José FORNAIRON (CCFD-Terre Solidaire, organisation du débat),
  • Serge TOSTAIN (montage de la vidéo),

ainsi qu’aux autres organisateurs et participants à cet évènement.

 

 

 

 

La connaissance des jeunes en matière de solidarité internationale

Dans le cadre de leur « service civique » au sein de la MTMSI, nos jeunes collaborateurs ont menées une étude intéressante sur la connaissance des jeunes en matière de solidarité internationale.

En conclusion, on peut noter que :

« …les jeunes de Montpellier souhaitent s’investir davantage au sein d’actions de solidarité internationale (SI). Les lieux stratégiques à privilégier pour mener des actions de communication et de sensibilisation sont les réseaux sociaux d’une part et l’université via les associations étudiantes de l’autre. Cette étude a également montré que les jeunes sont prêts à s’engager dans des actions de SI sur des courts termes et sur des actions bien précise. Le long terme n’est pas dans leurs objectifs. » (voir le texte complet ci dessous)

Nous remercions Sonia, Léo et Méhdi pour ce travail!

Texte complet de la synthèse:

Ethique sur Etiquette : Pour une directive européenne sur le devoir de vigilance des entreprises

Ethique sur Etiquette : Pour une directive européenne sur le devoir de vigilance des entreprises

La Commission Européenne envisage d’adopter  une directive européenne sur le devoir de vigilance des multinationales en 2021,  pour enfin tenir les entreprises responsables de leurs impacts sur les populations et la planète. Un devoir de vigilance contraignant pour garantir la protection des droits humains et de l’environnement devrait obliger toutes les entreprises à mettre en place des règles efficaces pour garantir le respect des droits humains et de l’environnement dans toutes leurs opérations et tout au long de leurs chaînes de valeur mondiales.      Dans ce cadre, la Commission européenne a organisé une consultation publique pour appeler toute organisation ou citoyen·ne à indiquer ce que devrait être le contenu de cette directive. À cette occasion, une campagne a été lancée par plus de 100 organisations européennes, rassemblées dans 5 réseaux, pour contribuer à cette consultation publique. L’enjeu est important : obtenir que la directive européenne soit ambitieuse, dotée de mécanismes de sanction contraignants pour constituer un outil efficace contre l’impunité des multinationales.

Qu’entendons-nous par devoir de vigilance en matière de droits humains et d’environnement ? Généralement cela désigne un processus permettant aux entreprises d’identifier, prévenir, réduire et réparer les impacts néfastes de leurs activités ou relations commerciales, impliquant souvent leurs filiales, sous-traitants, fournisseurs, ou toute autre entité avec laquelle elles ont une relation d’affaire.            Une loi pour protéger les travailleur.se.s, les populations et l’environnement des activités néfastes des entreprises. L’Union européenne (UE) peut et doit utiliser son pouvoir pour fixer des normes ambitieuses pour tenir les entreprises responsables en cas de violations telles que la répression syndicale, le travail forcé, l’accaparement des terres ou le déversement de déchets toxiques.

Mais pour que cette loi fonctionne, elle doit :

Participez à la consultation publique https://www.enforcinghumanrights-duediligence.eu/fr

ESE et le Collectif 34 participent au « stunt Davos 2021 » à l’initiative de OFXAM GL34

A l’occasion de la sortie de son rapport annuel sur les inégalités, OXFAM a organisé des « stunt » dans plusieurs ville de France. Le nouveau rapport d’Oxfam “Le virus des inégalités” révèle à quel point les inégalités s’accroissent en France et dans le monde : alors que la fortune des milliardaires atteint des sommets toujours plus élevés malgré la crise (Bernard Arnault, le PDG de LVMH, a vu sa fortune augmenter de 41% entre janvier et décembre 2020), des centaines de millions de personnes risquent de rester enfermées dans la pauvreté pendant plus de 10 ans si les gouvernements n’agissent pas vite et fort, et la France pourrait compter 1 million de personnes pauvres supplémentaires. De plus, les scandales d’évasion fiscale se multiplient sans réelle réponse politique. Dans les grandes entreprises, les révélations sur les dividendes record versés aux actionnaires et sur les écarts de rémunérations ne sont pas suivies d’actions correctrices, tandis que la fiscalité insuffisamment redistributive montrent que les responsables économiques et politiques n’agissent toujours pas sérieusement contre les inégalités.                                                                                                                                                   Au collectif Ethique sur Etiquette et avec le collectif 34 régulation et transparence des entreprises, nous soutenons la demande d’Oxfam  d’une loi contre les inégalités pour un partage des richesses et une fiscalité plus juste. Nous l’avons fait lors d’une action de rue le 24 janvier, en forme de protestation contre le sommet de Davos et la mainmise de l’économie sur le politique.  A Montpellier, c’est OFXAM GL34 qui a été à l’initiative de cet évènement, auquel s’est associé ESE et le Collectif-34 régulation et transparence des entreprises.

Voici une petite photo, et rendez vous sur la page OXFAM GL34 pour voir l’ensemble des photos prises à cette occasion.